Tous les pollinisateurs sont à protéger…

Si notre abeille dite « domestique » bénéficie d’une assez bonne image dans l’opinion pour le miel que nous lui prenons ainsi que pour son rôle important dans la pollinisation, il ne faut pas pour autant oublier de sauvegarder les milliers d’espèces d’abeilles « sauvages ».

Un article publié par le magasine « La Recherche » souligne en effet que la fructification maximum est obtenue lorsqu’une plante est visitée à de nombreuses reprises à la fois par des abeilles domestiques et par leurs cousines sauvages.

Apis mellifera joue bien un rôle de sentinelle qui doit nous conduire à nous interroger sur le sort réservé à tous les autres insectes pollinisateurs, travailleurs de l’ombre sans qui les rendements des cultures seraient moindres.

Lire l’article complet sur le site de La Recherche.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s