Le Génie des abeilles

Génie des Abeilles

Un livre magnifique co-écrit par trois spécialistes : le photographe Eric Tourneret, Sylla de Saint Pierre pour la plume et Jürgen Tautz, scientifique qui fut l’élève de Martin Lindauer. Dans ses précédents ouvrages, Eric nous avait offert de splendides clichés d’abeilles et d’apiculteurs à travers le monde. Je trouve celui-ci encore plus intéressant car il présente au fil des pages les résultats des dernières recherches sur la vie de ce super-organisme qu’est la colonie d’abeilles. Ce grand et gros livre satisfera tous les curieux de nature intéressés par la vie des insectes sociaux.

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur : www.editions-hozhoni.com

 

Publicités

2017, année sèche ?

Il se murmure ça et là que 2017 fut une année sèche… Les faits tendraient à prouver le contraire. Le cumul des précipitations est supérieur à 2016. Cependant, la répartition n’est pas du tout la même. La lecture attentive des deux graphiques de relevés à proximité du rucher vous permettra de vous faire une idée plus précise. Soyez attentifs aux échelles utilisées : si les cumuls hebdomadaires dépassent souvent 20 mm en 2016, nous avons eu droit à deux arrosages plus conséquents en 2017. Et le relative sécheresse du début de l’été 2017 n’est sans doute pas étrangère à la maigre récolte de miel d’été.

 

Pluviométrie 2016

Pluviométrie 2016

 

Pluviométrie 2017

Guirlandes de givre

Le début de l’été fut très humide puis la sécheresse s’installa dès juillet. Depuis, les averses se font assez rares en Mayenne. La presse rapporte même que ce mois de décembre 2016 fut le plus sec depuis 45 ans.

Assurément, il figure parmi les plus froids de la décennie. La fin de l’année est glaciale. Les journées sans brouillard sont rares. Et pour agrémenter la transition vers 2017, les arbres ont revêtu un manteau blanc, aidés dans leur tâche par les brouillards givrants qui envahissent la région.

p_20161231_170609

Les ruchers ne sont pas épargnées par cette vague de froid qui ne dérange cependant pas les abeilles. Bien serrées en grappe compacte au centre de la ruche, elles se nourrissent du précieux miel collecté cet été et maintiennent une température suffisante pour assurer la survie de la reine et de sa colonie. Les araignées qui avaient profité de journées plus clémentes pour tendre leurs pièges sont bredouilles…