Deux miels bien différents pour passer l’hiver

La saison apicole 2015 se termine avec la mise en pots du miel d’été. Si le printemps fut l’un des plus mauvais de ces dernières années pour nos abeilles, l’été a redonné le sourire aux apiculteurs. Jusqu’au début du mois de juillet, les belles floraisons associées à de bonnes conditions météorologiques ont permis aux fleurs de libérer beaucoup de nectar que nos abeilles se sont empressées de transformer en miel. La sécheresse qui a sévi par la suite a stoppé net ce bel élan, mais les ruches étaient déjà bien pleines.

Alors que le mois d’août se termine sous des trombes d’eau, les étagères se chargent de deux catégories de miel bien différentes…

Les deux miels de la saison 2015 aux ruchers du Plessis

Les deux miels de la saison 2015 aux ruchers du Plessis

Le miel de printemps, presque blanc et assez ferme, est souvent apprécié par les enfants pour sa douceur et son goût sucré. Il peut facilement être utilisé en cuisine ou pour sucrer tisanes, cafés ou thés. Il provient du nectar des arbres fruitiers du printemps et du colza qui colore en jaune nos campagnes en avril et mai chaque année.

Le miel d’été, quant à lui, présente cette année une belle couleur brune et un goût plus marqué. A ce stade, il est encore très liquide. Mais comme tous les miels, il cristallisera peu à peu au fil des semaines. Le nectar des fleurs de l’été permet aux abeilles de produire ce miel : tilleul, châtaignier, ronce, trèfle et des dizaines d’autres fleurs estivales sont butinées dans des proportions variables selon les conditions météo et la force de chaque colonie. En plus de ce nectar, les abeilles collectent aussi parfois un peu de miellat.

Petite astuce : il est facile de liquéfier un miel qui a cristallisé. Placez le pot au bain-marie à une température de 35° maximum, et remuez-le constamment avec une fourchette pendant quelques minutes. Il retrouvera sa forme liquide. D’autres techniques de chauffe peuvent être plus rapides mais font perdre au miel ses qualités gustatives et ses propriétés. Il convient donc de les bannir…

 

 

 

Publicités

En librairie : guide des plantes mellifères

Un nouveau livre très intéressant va trouver sa place dans les bibliothèques des apiculteurs. Edité par Delachaux et Niestlé, ce guide présente 200 plantes facilement repérables dans notre environnement.

Guide des plantes mellifères

Guide des plantes mellifères

Les auteurs Thomas Silberfeld et Catherine Reeb sont bien connus des fidèles lecteurs de la revue Abeilles et Fleurs. Chaque plante est décrite et joliment illustrée par Yves Doux.

Période de floraison et intérêt apicole sont mentionnés (nectar, pollen, propolis). Enfin,  les usages de cette plante par l’homme sont indiqués.

 

 

Le pollen infecté pourrait être une source de la diffusion de virus chez les abeilles

Certains scientifiques y voient une explication au syndrome d’effondrement des colonies (CCD ou Colony Collapse Disorder).

Avis personnel : des virus sur des abeilles, ça n’est pas très nouveau. Peut-être faut-il se demander ce qui fragilise, en plus, ces abeilles malades.
On pourrait peut-être jeter un œil du côté des pesticides ?
Lire l’article publié sur le site de Futura-sciences ou l’article original (en anglais) dans la revue PLoS ONE.