Deux miels bien différents pour passer l’hiver

La saison apicole 2015 se termine avec la mise en pots du miel d’été. Si le printemps fut l’un des plus mauvais de ces dernières années pour nos abeilles, l’été a redonné le sourire aux apiculteurs. Jusqu’au début du mois de juillet, les belles floraisons associées à de bonnes conditions météorologiques ont permis aux fleurs de libérer beaucoup de nectar que nos abeilles se sont empressées de transformer en miel. La sécheresse qui a sévi par la suite a stoppé net ce bel élan, mais les ruches étaient déjà bien pleines.

Alors que le mois d’août se termine sous des trombes d’eau, les étagères se chargent de deux catégories de miel bien différentes…

Les deux miels de la saison 2015 aux ruchers du Plessis

Les deux miels de la saison 2015 aux ruchers du Plessis

Le miel de printemps, presque blanc et assez ferme, est souvent apprécié par les enfants pour sa douceur et son goût sucré. Il peut facilement être utilisé en cuisine ou pour sucrer tisanes, cafés ou thés. Il provient du nectar des arbres fruitiers du printemps et du colza qui colore en jaune nos campagnes en avril et mai chaque année.

Le miel d’été, quant à lui, présente cette année une belle couleur brune et un goût plus marqué. A ce stade, il est encore très liquide. Mais comme tous les miels, il cristallisera peu à peu au fil des semaines. Le nectar des fleurs de l’été permet aux abeilles de produire ce miel : tilleul, châtaignier, ronce, trèfle et des dizaines d’autres fleurs estivales sont butinées dans des proportions variables selon les conditions météo et la force de chaque colonie. En plus de ce nectar, les abeilles collectent aussi parfois un peu de miellat.

Petite astuce : il est facile de liquéfier un miel qui a cristallisé. Placez le pot au bain-marie à une température de 35° maximum, et remuez-le constamment avec une fourchette pendant quelques minutes. Il retrouvera sa forme liquide. D’autres techniques de chauffe peuvent être plus rapides mais font perdre au miel ses qualités gustatives et ses propriétés. Il convient donc de les bannir…

 

 

 

Maintenant le tilleul, bientôt le châtaignier…

Malgré une météo assez mitigée avec beaucoup de vent du nord ou d’est, les fleurs de tilleul s’ouvrent petit à petit. Nos abeilles devraient retrouver des conditions plus favorables au butinage après la mi-juin, si les prévisions sont confirmées.

Tilleul en fleurs

Tilleul en fleurs

Les châtaigniers se préparent eux aussi… Encore un peu de patience et ils seront à leur tour une bonne source de nectar.

Châtaignier

Châtaignier

Les fleurs d’été arrivent…

La défloraison du colza marque souvent la fin de la miellée de printemps. Elle est suivie par une courte période  pendant laquelle les fleurs se font plus rares.

Puis, comme en ce week-end de Pentecôte 2014, les tilleuls se couvrent de petites taches jaunes et bruissent d’abeilles et de bourdons. Cette floraison odorante pour l’homme et attrayante pour nos avettes sera suivie par celle de la ronce et des châtaigniers.

Tilleul en fleurs à proximité du rucher du Plessis

Tilleul en fleurs à proximité du rucher du Plessis

Observations au rucher en Juin 2013

Juin 2013 fut moins pluvieux qu’en 2012 (49 mm au lieu de 80 mm l’an passé) mais les températures sont restées très fraiches et le ciel souvent gris. De plus, le vent a souvent soufflé assez fort. Il a fallu attendre les deux derniers jours du mois pour bénéficier d’un temps estival.

Tilleul en fleurs

Le colza n’en finit pas de fleurir et il faut attendre la dernière semaine pour voir les tilleuls s’épanouir à leur tour lentement. Les ronces et les châtaigniers ne sont pas encore prêts, et les températures sont encore un peu basses pour pouvoir bénéficier du nectar du trèfle…

Les colonies qui ont essaimé au mois de mai développent leur couvain. C’est le signe qu’une nouvelle reine est bien née dans chaque ruche concernée et que chacune d’elles a réussi son vol de fécondation. Les essaimages ayant été nombreux et parfois répétés, certaines colonies seront donc un peu faibles pour la récolte d’été.